Les routes du ciel, notre métier...

60ème anniversaire de l’ASECNA : un grand moment de réflexion

La célébration des 60 ans a été d’abord un grand moment de réflexion qui a permis de comprendre comment l’Agence a réalisé sa transformation au fil des ans pour s’adapter aux mutations technologiques de l’heure.

Depuis le morse, les fréquences HF en passant par les stations déportées par VHF, les liaisons de données, la digitalisation, jusqu’à la virtualisation et les systèmes satellitaires aujourd’hui.

A cette occasion et avec l’ensemble des pères fondateurs et de ses partenaires, l’ASECNA a partagé sa riche expérience et s’est posée les questions opportunes pour mieux appréhender son avenir.

L’accent a été mis sur les dispositions que pourraient envisager l’Agence dans tous les domaines pour adapter son personnel et ses outils de production aux nouvelles technologies de gestion du trafic aérien axées sur les satellites, la virtualisation et la digitalisation à l’heure des cybers menaces et de l’engagement mondial à la protection de l’environnement.

Le panel technique

Historiquement, l'aviation s'est appuyée sur les progrès techniques et technologiques pour améliorer ses performances globales et répondre à ses besoins croissants. Les prochaines décennies de l'aviation seront principalement marquées par l'introduction de nouvelles technologies dont la maturité et l'utilité sont reconnues par le Plan mondial de navigation aérienne (GANP) de l'OACI.

Ces décennies seront donc celles de la numérisation totale de l'information, de la gestion de l'information à l'échelle du système, de la navigation et des communications par satellite, de la télémaintenance des équipements et des systèmes, de l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et des communications (NTIC) pour fournir des services ATS dans des zones éloignées ou inaccessibles ou dont les activités ne sont pas suffisamment importantes pour justifier des investissements coûteux etc.

Le premier panel de portée technique a eu pour thème : « Contribution des partenaires à l’évolution et à la transformation de l’ASECNA de 1959 à 2019. Quelles stratégies pour surmonter les difficultés de l’heure et aborder les défis des trente prochaines années ».

Le plateau du panel technique était composé de sept partenaires de l’Agence (des anciens comme des nouveaux) qui opèrent dans les grands domaines d’activité de l’Agence à savoir l’énergie, les véhicules incendie, les équipements météorologiques, les aides à la navigation aérienne, les stations terriennes, les communications par satellite, les systèmes ATM, la surveillance par satellite. Les éminentes personnalités suivantes ont animé ce panel : Riadh Cammoun (Thales), Emmanuel BARTHOUX (ENGIE/INEO), Bruno Clément-Bolle, (SIDES), Jean-Francois Guitard (PROAVIA), Yann Sultan (DEGREANE), Jean- Phillipe Gillet (INTELSAT) et Don Thomas (AIREON). 

Elles ont à travers différentes présentations exposé sur les efforts réalisés dans les divers  domaines pour accompagner l’Agence dans ses transformations technologiques. En particulier, elles ont indiqué la vision de l’avenir dans leurs différents secteurs et les actions qu’elles préconisent mettre en place pour l’Agence afin que celle-ci soit prête à faire face efficacement au nouvel environnement. A travers des vidéos et des présentations power point assorties de débats en salle et d’interactions avec les internautes suivant la conférence en direct, l’ensemble des participants a pu se réjouir et se féliciter du chemin parcouru par l’ASECNA de sa création à nos jours. Il a été de notoriété publique reconnu que les choix portés sur les technologies innovantes positionnent l’ASECNA comme un des meilleurs fournisseurs de service de la navigation aérienne dans le monde.  

Le panel stratégique

Le second panel de portée stratégique ambitionne d’aider l’Agence à réfléchir sur les défis relatifs à la  mobilisation des vocations nécessaires pour s'assurer qu'il y aura suffisamment de professionnels qualifiés et compétents pour exploiter, gérer et maintenir le système de gestion du trafic aérien de l'avenir fortement basé sur les technologies émergentes (navigation et surveillance par satellite, numérisation et digitalisation,  virtualisation, protection SSI)  dans un environnement de croissance continue du trafic aérien.

L'aviation doit également innover en ce qui concerne ses métiers. Cette innovation est motivée par la nouvelle nature des technologies utilisées, mais aussi par les besoins découlant de son environnement institutionnel et opérationnel. D’après l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), le trafic aérien mondial devrait doubler d’ici 2032 avec une croissance de 4.6 % du nombre de passagers par an en moyenne. Afin de suivre cette évolution, le secteur de l’aviation devra recruter d’ici 2036, 1,3 millions de nouveaux techniciens, 125 000 contrôleurs et plus de 620 000 pilotes. Or, la main d’œuvre actuelle n’est pas suffisamment nombreuse pour y remédier en raison de nombreux départs prochains à la retraite, et les formations dans le secteur qui ne sont pas à la portée de tous.

A cet effet le programme NGAP (New Generation of Aviation Professionals) a pour l’objectif d’assurer que suffisamment de professionnels de l’aviation qualifiés et compétents soient disponibles pour faire face à l’augmentation importante du trafic aérien dans les prochaines années.

Dans ce contexte, alors que l'ASECNA célèbre son 60ème anniversaire, les réflexions stratégiques nécessaires pour définir les piliers fondamentaux de son avenir doivent porter sur l'impact des nouvelles technologies sur ses métiers de base, et donc sur ses professionnels au cours des 60 prochaines années.

Les éminentes personnalités qui ont animé ce panel modéré par l’ancien Directeur général Ousmane I. Oubandawaki, sont : Monsieur Alioune SARR, Ministre du Tourisme et des transports Aériens de la République du Sénégal, Monsieur Tefera Mekonnen, Secrétaire Général de la CAFAC, Madame Charity Muthoni Musila, Director Air Navigation Services at the Kenya Civil Aviation Authority, Madame, Sharron CAUNT Directeur Régional de la Sécurité et des Opérations Aériennes pour l’Afrique et le Moyen Orient, Monsieur LATTA Dokissime Gnama, Doyen des Administrateurs de l’ASECNA, Monsieur Maurice Georges, Directeur des Services de la Navigation Aérienne (France), Monsieur Javier Lopez Gonzalez , chef de la section des opérations Bureau TCB de l’OACI, Monsieur Youssouf Mahamat, ancien DG de l’ASECNA de 2004 à 2010.

QUELS ENSEIGNEMENTS ?

Une attention particulière à la formation

Les prévisions mondiales affichent une importante pénurie de main-d’œuvre dans l’industrie aéronautique au cours des prochaines années. Cette pénurie va affecter l’ensemble de l’industrie aéronautique internationale. Cela ne devrait pas être un prétexte pour envisager d’abaisser les exigences dans les formations et partant de permettre à du personnel moins expérimenté d’occuper des fonctions clés, ce qui pourrait avoir des répercussions négatives sur la sécurité aérienne mondiale. Les professions hautement qualifiées dont dépend l’industrie aéronautique, notamment les contrôleurs de la circulation aérienne, les ingénieurs, les techniciens etc. doivent faire l’objet d’attention particulière de la part de toute la communauté aéronautique. Etats, compagnies aériennes, fournisseurs de services, opérateurs aériens etc. Des professionnels bien formés et en quantité doivent être la préoccupation permanente de toute entité qui vise le moyen et long terme, pour assurer la sécurité et la viabilité de l’aviation internationale.

Il faudra donc prendre des mesures urgentes et planifiées dans le temps notamment :

  • Doter les écoles de formation de suffisamment de ressources financières pour assurer des formations de qualité. Les écoles devraient disposer de laboratoires de recherches et signer des accords avec les grands groupes industriels pour développer ensemble des produits du secteur
  • Renforcer l’attractivité des métiers de l’aviation sur les jeunes dans les écoles et les universités en communiquant sur le sujet par l’organisation de journées portes ouvertes, de shows, de visites guidées des aéroports, de conférences dans les universités et écoles de référence…
  • Faciliter l’accès des jeunes aux métiers de l’aérien en leur octroyant des bourses pour les formations
  • Normaliser dans toutes les écoles du monde les nouvelles méthodes de formation aéronautique et assurer une coopération renforcée entre ces écoles à l’image de AATO en région AFI
  • développer le recours aux systèmes d’enseignement basés sur l’ordinateur (PAO),
  • mettre une priorité sur le genre dans l’activité. Plus de femmes doivent être attirées par le secteur et plus de responsabilités doivent leur être accordées en concordance avec les objectifs des Nations Unies SGD5.

Un fonds souverain pour les investissements pour l’Agence ?

La dynamique de construire par l’innovation demeure la meilleure solution pour pérenniser notre système. L’ASECNA en bâtissant un plan d’investissement doit s’orienter vers des ressources propres lui permettant de garantir ses investissements. Il est impératif d'avoir un mécanisme perrenne de financement solide pour le bon fonctionnement du système. La constitution d’un fond souverain garantira une véritable autonomie de l’Agence vis-à-vis des institutions financières.

Recherche et innovation  

L’avenir est dans la recherche et l’innovation pour une meilleure connectivité et résilience des infrastructures. Les grands ensembles doivent disposer d’une cellule pointue avant-gardiste dans la recherche et l’innovation pour impulser en interne de nouvelles dynamiques. L’entité recherche et développement doit prendre de plus en plus de l’ampleur dans les grands groupes.

Harmonisation des niveaux de compétence

Le capital humain demeurera le moteur de l’entreprise nonobstant les innovations introduites. Il importe d’harmoniser les niveaux de compétences des professionnels de demain. A cette fin, les initiatives devront se focaliser sur :

  • le renforcement des capacités pédagogiques des écoles
  • une analyse des effectifs et des données pour déterminer les priorités et les besoins dans tous les secteurs et disposer d’une planification.
  • La coopération pour créer et mettre en place des regroupements régionaux de supervision de la sécurité dans les différents domaines.

Renforcement de la gestion coopérative

Le secteur de l’aviation est marqué par des changements perpétuels et rapides. Dans un tel contexte, la poursuite d’une croissance durable dans le transport aérien international ne peut se faire sans un système de navigation aérienne mondial transparent et hautement performant ;

Toutefois, Le système de navigation aérienne se complexifie à mesure qu’il s’adapte à de nouvelles demandes. L’approche de solution à cette problématique consiste en la création d’un système de navigation aérienne interopérable à l’échelle régionale ou mondiale. La construction de grands ensembles à l’image de l’ASECNA en est la solution. Une approche commune, intégrée et dynamique apparait comme la voie par excellence pour donner lieu à un système de navigation aérienne hautement performant, qui répondra aux attentes toujours croissantes de la société et réduira les inégalités mondiales.

60 ième anniversaire

Faits saillants...

Aucun évènement à venir!

JPO Info

Appeloffre4 bleu etiquette

Nos offres d'emploi

Jobs2