Les routes du ciel, notre métier...

Réunion de Coordination de la FIR Brazzaville 2015

9ème Réunion de Coordination de la FIR Brazzaville

La 9ème réunion de coordination pour la gestion du trafic aérien de la Région d’Information de Vol (FIR) Brazzaville s’est tenue à Yaoundé au Cameroun du 6 au 9 octobre 2015. Les participants à cette réunion sont issus des centres opérationnels de l’ASECNA situés dans cette FIR (Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad, Cameroun) mais également des centres voisins de la FIR Brazzaville (Ghana, Soudan, Sao Tomé et Principe, Angola et République Démocratique du Congo).

A l’ouverture de la réunion, présidée par le Ministre des Transports du Cameroun, le Directeur de l’Exploitation Technique, a prononcé un discours qui met en exergue l’importance de ces réunions pour la sécurité de la navigation aérienne dans les espaces gérés par l’ASECNA. Madame Claire Josette OBAME-EDOU a en effet indiqué que « la réunion FIR revêt pour nous, une importance capitale, car elle traduit notre volonté commune d’évaluer de façon continue, la qualité des services de la navigation aérienne fournis aux usagers de l’air.

Elle offre une tribune idéale pour présenter, à travers les notes de travail et les échanges y relatifs, les problèmes rencontrés par les centres opérationnels en charge de la fourniture des services de la navigation aérienne à l’intérieur de la FIR concernée, mais aussi avec les FIR adjacentes. C’est également un forum pour définir de façon coordonnée, les actions d’amélioration de la qualité des prestations fournies aux usagers de l’air en vue d’assurer une meilleure sécurité des vols, à travers une évaluation efficace de la gestion des interfaces qui présentent des risques spécifiques de sécurité aérienne. 

C’est pour répondre à ces exigences sans cesse croissantes du domaine aéronautique que l’Agence met en œuvre dans l’ensemble de ses Etats membres un vaste programme d’investissement à travers un plan pluriannuel qui couvre tous les domaines : équipements, installations et formation des ressources humaines, plus particulièrement, les contrôleurs de la circulation aérienne. »

Au cours de cette réunion, les experts ont examiné plusieurs sujets relatifs à une meilleure coordination des vols dans la FIR Brazzaville.

Principales recommandations

Gestion du trafic aérien
Au titre de ce point, d’importantes recommandations ont été adoptées à l’issue de discussions autour des points suivants :

• La mise à jour des lettres d’accord (LOA) entre différents centres ATS, notamment Khartoum, Brazzaville, Kinshasa, Libreville, Bata, Luanda, Sao-Tomé, Libreville, Ndjamena, Maroua ;
• Le recensement des incidents fréquents dans les interfaces ;
• L’identification des difficultés de coordination du trafic dans les interfaces ;
• L’examen du réseau actuel de routes convergentes sur le VOR/DME MPK en vue d’une éventuelle décongestion. ;
• L’examen de la sollicitation de l’implémentation de deux routes en espace inférieur dans la TMA de Yaoundé ;
• L’examen des axes d’harmonisation entre centres ATS pour la mise en œuvre de nouvelles routes PBN ;
• L’équipement des aéronefs évoluant dans la FIR Brazzaville en technologie CPDLC ;
• La gestion du trafic sur MONGOMEYEN en Guinée Equatoriale.

Communication, Navigation et Surveillance (CNS)

Pour ce point, les discussions ont porté sur :

• La problématique des zones non couvertes par la VHF ;
• La question d’interopérabilité des systèmes.

Assistance locale et gestion de l’information aéronautique

A ce niveau, les échanges se sont focalisés sur la fiabilité et l’intégrité des données aéronautiques.
La réunion a insisté sur le rôle de plus en plus grand que l’AIM doit jouer dans les structures de gestion de la sécurité au regard de la sensibilité des données dans la chaîne de la sécurité.
Les sources des données ont fait également l’objet d’échanges entre les participants et il a été de nouveau souligné l’obligation pour les entités AIM de s’assurer des sources d’information avant toute diffusion d’information aéronautique.

Assistance Météorologique à la Navigation aérienne

Les échanges sur les différents volets de ce point ont porté sur :

• L’impact de l’indisponibilité des données météorologiques de base sur la qualité des prévisions météorologiques ;
• La précision sur la nature des phénomènes météorologiques impliqués dans les évènements sécurité ;
• Le non acheminement au CRT de Brazzaville des données météorologiques des Centres Adjacents à la FIR BRAZZA ;
• La fourniture des messages SIGMET aux usagers ;
• Le cisaillement de vent.

Search and Rescue (SAR)

Au titre de ce point, la réunion a échangé autour des préoccupations suivantes :
• La mise en œuvre de la fréquence 406MHz dans les Etats ;
• La coordination Civile/Militaire et la création des zones temporaires de recherche ;
• La formation des Coordonnateurs des Missions SAR, du personnel des organismes ATS et des équipages SAR ;
• La coopération SAR entre les Regional Coordination center (RCC) à travers des protocoles d’accord ;
• La publication de la liste des moyens SAR des RCC/RSC.

A l’occasion de cette réunion, le Centre Secondaire de Sauvetage (RSC) de Yaoundé a fait une présentation sur le SAR au Cameroun. Cette présentation met en exergue la structuration de l'organisme créé par l'Etat pour assurer cette fonction de recherche et sauvetage en cas d'accident d'aéronef. Le RSC est un organisme à caractère civil et militaire qui dépend du Ministère en charge de l'aviation civile pour tout ce qui concerne le fonctionnement et l'organisation générale de sa mission internationale. Il est subordonné au Ministère de la Défense (Etat-Major de l'Armée de l'Air) pour tout qui est relatif à l’emploi et à l'aspect opérationnel. Son personnel est formé dans les établissements tels que l’EAMAC, l’ENAC, etc.

Le RCS a ensuite procédé à une présentation statique du matériel utilisé dans les opérations de recherche et de sauvetage. Il s'agit principalement de kits de survie, rations à courte et longue durée de survie, de trousses de premiers secours, de fusées éclairantes fumigènes, de radeaux automatiques de sauvetage, de chaînes largables par avion et par hélicoptère pour les opérations de sauvetage en mer, des GPS, des radiogoniomètres, des balises de détresse d’exercices et de divers autres matériels indispensables pour secourir des blessés et des survivants en cas d'accident.

L'expérience du Cameroun dans le domaine du SAR a été fortement appréciée par les participants qui recommandent que d'autres pays puissent s'inspirer des activités de ce RSC.

Par ailleurs, la Représentation de l'ASECNA au Cameroun a signé en début de l’année 2015 un protocole de coopération avec le RSC de Yaoundé sur les modalités de coordination dans le cadre de la recherche et du sauvetage en cas d'urgence impliquant un aéronef.